Questions/Réponses

Mes études

J’ai fini en 2016 mes études en Master II, Systèmes d’Information et Aide à la Décision, à Toulouse. C’était un défi pour moi de faire des études car j’étais la seule à croire en moi ! J’ai procédé par étape, aller à la fac juste après le BAC SES me semblait trop risqué, je voulais quelque chose de cadré et accessible sur dossier pour être sûre d’avoir ma place et me donner à fond. J’ai donc postulé à un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations à Paul Sabatier à Toulouse, c’était ce que je recherchais, on touchait à tout sans être spécialiste et moi qui ne savait pas ce que je voulais faire si ce n’est allé jusqu’au bout, j’étais ravie. J’ai intégré une Licence Pro informatique puis j’ai fait une validation d’acquis pour rejoindre la fac UT1 toujours à Toulouse pour faire une licence et maîtrise Administration Economique et Social, passeport pour faire le Master II dont je rêvais. Maintenant mes diplômes prennent la poussière mais je ne regrette rien, j’ai appris beaucoup de choses, gagné en confiance en moi et fait de belles rencontres.

Je me suis mariée à 24 ans, pendant ma dernière année d’études en décembre 2005, et j’ai rejoins définitivement mon mari l’été 2006, après avoir soutenu devant le jury, à l’occasion de la fin de stage réalisé à l’école d’ingénieur ENSEEIHT. Je m’étais retrouvée à faire mon stage dans ce monde à part, très visionnaire soit dit en passant, un peu par hasard. Faute d’avoir trouvé un stage dans une entreprise, un professeur m’a donné un coup de pouce pour rentrer dans cette école. Cela m’a permis de valider mon master. En Allemagne, j’ai pris des cours de langue intensif pendant un an et j’ai obtenu le certificat B1 ce qui veut dire que je peux tenir une petite conversation simple et me débrouiller en allemand. Aujourd’hui je peux aider mes enfants qui ont intégré des écoles bilingues allemand-français.

Ma vie de famille 

  

– J’ai eu ma première fille Sakina en Alsace en 2008, et nous avons profité du congés parental pour faire un road trip en Egypte, où ma fille fêta ses 1 an. Nous avons pris des cours d’arabe avec un égyptien au Caire, et profité de visiter le pays dont la mer rouge et le mont Sinaï. Les égyptiens comme dans la plupart des pays arabes aiment beaucoup les enfants. Souvent les serveurs portaient ma fille pour que nous mangions tranquillement et lui donnait quelque chose. Un marchand lui a offert un petit chameau 🙂

Puis cap vers la Syrie en avion avec un aller simple, le retour en mode taxi, bus, bateau pour découvrir la région en mode routard sans équipements! De loin Damas a été la plus belle ville que j’ai visité, très riche en histoire et très belle architecture, des patios magnifiques…

Nous sommes allés au Liban, à Beyrout, Tripoli…j’ai beaucoup aimé la vallée de la Kadisha, vallée très verte, le cèdre très présent d’où l’emblème national et un air pur à respirer à pleins poumons. Ça me faisait drôle de voir des personnes arabes s’appeler Pierre ou Simon et porter la foi chrétienne. C’était des personnes fort sympathiques, un peu méfiantes car elles n’avaient pas l’habitude de côtoyer des touristes d’origine arabe, pourtant j’en garde un excellent souvenir. On avait dormi dans une auberge de jeunesse tenu par Michel, un arabe chrétien très attentionné, où on avait rencontré des étudiants français et une australienne avec qui nous avions passé un moment très convivial !

Ensuite, nous avons fait le chemin des rois en Jordanie, avec deux moments forts, l’impressionnante visite de la mer morte où je regardais mon mari flotté pendant que je gardais ma petite Sakina.

Mon second moment préféré a été une baignade dans les eaux chaudes d’une source naturelle difficilement accessible. Nous étions tous tendus, comme au décollage d’un avion qu’on prend pour la première fois ! Sur la route escarpée, le chauffeur de la stafette (aux pneus bien usés) qui n’avait jamais emprunté ce genre de chemin, flippait et était nerveux, surtout dans virages en épingle à nourrice avec des pentes tellement raides que je me voyais foncer dans les ravins. C’était le chemin le plus dangereux que j’ai pris de ma vie mais au final, un endroit magnifique, un instant magique où on s’est relaxé dans un bain naturel pur, rien que pour nous !

A la fin de notre périple qui dura 4 mois, ma fille a appris à marcher à quatre pattes dans l’appartement où nous étions au Caire avant de rentrer en Alsace. Je ferai un article, il y a tant de choses à raconter !

 

– Mon fils Mohamed est né le jour d’Halloween en 2011 à minuit 11. Comme ma fille, il a agrandi notre petite famille avec beaucoup de bonheur. C’était un bébé très calme et c’est un moment de ma vie où j’ai fait pause, où j’ai fait un travail sur moi assez difficile mais constructif. J’ai commencé à sortir de ma zone de confort en donnant des cours de développement personnel aux adolescentes de ma ville, une demie journée par semaine et j’ai commencé doucement à participer aux projets associatifs existants. Je lisais de plus en plus des livres sur le développement personnel et sur des personnes inspirantes contemporaines comme Steve Jobs, Gandhi, Stephan Covey…

 

– J’ai eu ma fille Samia  en 2013, au mois d’octobre, comme sa sœur et son frère d’ailleurs. Toute la famille était joyeuse d’avoir un joli petit bébé à la maison. Mes enfants ont été très câlins avec elle, c’était trop mignon, “so cute !”  Pourtant, c’est une période de ma vie où j’ai “trop chargé la mule”, j’étais sur tous les fronts ! En plus, de donner des cours aux adolescentes, comme les années précédentes, cette fois les mercredis après midi, j’ai commencé à faire du développement personnel avec les mamans tous les dimanches matin. J’en avais vraiment besoin, bien que l’organisation qui avait autour me vider littéralement de mon énergie. Pourtant, me consacrer à mes projets personnels et sortir du “pipi, caca” des journées classiques de mamans, me faisait un bien fou !

Mon mari était souvent absent par ses déplacements ou ses projets et mon fils Mohamed me faisait des crises terribles à 2 et 3 ans que je devais gérer en plus des vas et viens chez l’orthophoniste, le sport, les cours d’arabe, les bricolages pour ma grande et le bébé que je “trimbalais” partout avec moi.

A la maison, j’avais l’impression d’être dans une prison, avec une voisine non compréhensive alors je passais mon temps à dire aux enfants de faire doucement pour ne pas déranger le voisinage… Je passe les détails, sinon je vais te perdre lol même moi je me suis saoulée à dire ça, bref c’était la crise, j’avais envie de fuir ma vie !

En état d’épuisement, ce qui a tiré la sonnette d’alarme, c’est que je n’aimais plus ma vie, je regrettais l’insouciance de ma vie d’étudiante épanouie, où j’avais des compliments sur mon physique ou ma bonne humeur. Là, je me retrouvais avec des cernes grises, et des regards compatissants me demandant si ça allait ou si j’avais besoin d’aider en pensant tout bas “T’as vu ta tête?” ou en me disant franchement “olala ça va?” !
J’ai fait un bilan de santé parce qu’effectivement c’était pas la forme. Conclusion, des carences, manque de repos et de vitamines et cerise sur le gâteau intolérante au gluten, réduction de sucre, de viandes et de laitages ! Déjà que je ne suis pas très épaisse, supprimer le blé et le sucre m’a paru impossible. Mais j’ai fait l’effort pour être en forme pour moi et surtout pour ma famille !
 
Aujourd’hui j’ai repris ma vie en main, mes enfants sont plus autonomes, j’ai appris à déléguer et surtout à lâcher prise. J’anime qu’une seule fois par mois au lieu d’une fois par semaine mes séances de développement personnel et ça me permet de me consacrer à mon blog. Au fait, même ma voisine est devenue sympa, comme quoi, répondre au mal par le bien paye un jour 😉

Opinions et spiritualité

Les opinions et choix que j’y présente sont personnels et sans jugements.J’ai des convictions religieuses et je suis convaincue que l’on peut faire part de sa croyance tout en étant respecté, tout comme je respecte les croyances de tout le monde. Quand je lis des articles ou livres où l’on écrit l’Univers, Dame Nature, Bouddha, Veda ou autre, je prends l’enseignement qui m’enrichit tout en remplaçant dans mon esprit les attributions divines par Dieu . De même, une personne sans religion, peut tirer beaucoup de sagesses des écrits spirituels bien qu’elle ne croit pas en Dieu. La spiritualité est universelle, nous avons un vocabulaire différent mais nous partageons plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisentC’est pour cela que j’aime voyager et lire. Je lis des livres de toute sensibilité car cela me permet de lire le monde avec d’autres lunettes que les personnes qui partagent les mêmes convictions. La magie des livres, c’est pour moi une opportunité d’ouverture et de voyage dans les pensées d’un autre qui n’est pas moi.

Alimentation et life style

– Je mange équilibré, j’intègre des fruits et des légumes frais en abondance dans mes repas, en allant une fois ou deux au marché local et je tente de plus en plus de recettes sans gluten et sans viande. J’ajoute aussi des graines et des fruits secs comme les amandes, les noisettes, les pois chiches quand j’ai envie de grignoter. De temps en temps, je poste des recettes healthy sur mon compte instagram @SMummynet
 
 
Je suis soucieuse du bien être animal, sans être végétarienne, encore moins vegan, et jamais antispéciste.
Antispécisme quesaco?
Terme à la mode que j’ai appris en lisant le livre d’Aymeric Caron qui m’a fait découvrir ce terme et la philosophie athée qui se cache derrière. Je n’ai rien contre les personnes athées mais je suis monothéiste donc je n’adhère pas du tout à certaines pensées d’Aymeric Caron comme le fait de croire que nous aurions pu être un moustique ou un corbeau… En revanche, je respecte son combat qui dénonce la maltraitance animale et son livre est très bien documenté.
Je suis donc carnivore mais je mange de la viande de qualité dans la mesure du possible et j’ai réduis drastiquement ma consommation de viandes pour des raisons écologiques et sanitaires.
 
– Mon sport avant était le ménage, aspirer, faire la serpillière, oui oui c’est du sport ! lol  …
ensuite la marche, car avant je ne marchais jamais et j’y ai pris goût ! De la marche, on est d’accord 🙂
J’aime les rando en nature surtout en forêt. C’est très bon pour la santé et le moral surtout. Depuis la rentrée 2018, par le biais de l’Université Populaire, je fais du Tai Chi Shuan avec une amie, ma petite sœur que je n’ai jamais eu, avec qui je partage des aventures en mode Hors Zone. Alors oui, le Taï Chi, c’est une sacré sortie de notre zone de confort car c’est tout une organisation pour se rendre de 18 à 20h au sport en semaine et on est dans un univers inhabituel, en mode découverte !
Aussi chaque année, je participe, avec la même sister en mode team de choc, à la course rose qui aident les femmes atteintes du cancer du sein. Les deux premières années, on marchait, maintenant on court pour la bonne cause 😉
– Faire les magasins n’est pas ce que je préfère, donc si tu veux des conseils en relooking, je ne suis pas la bonne personne ! Je n’ai jamais compris comment on pouvait être dépendant de la mode. Je me suffis de ce que j’ai et je n’ai pas besoin de modèle ou d’influenceuse pour me dicter quoi porter.
J’aime être indépendante, j’aime les choses jolies à mon goût, pas à celui d’une inconnue populaire…
J’opte donc pour des choses simples, épurées sans excès ou démesure.
Je ne sais pas me maquiller, ou j’aime plutôt rester naturelle, le khôl est mon seul ami ! Je mets le focus sur la beauté intérieure car je pense que c’est le secret des vraies belles personnes 😉
 
– J’aime l’expression “weniger ist mehr”, le moins est plus, la devise du minimalisme tout en gardant un certain confort. Je suis donc loin du minimalisme de Siddartha, du Prophète Mohammed (paix et salue sur lui) ou de mère Térésa qui ont délaissé tout confort pour une vie austère. Quoi qu’il en soit, je suis sensible à l’écologie, contre le gaspillage et la surconsommation. On sort de l’encombrement et on se sent plus léger ! J’aspire à continuer mes efforts dans ce sens pour vivre une vie simple et authentique.

Association

Avec des amies, qui avaient le même soucis de vouloir apprendre l’arabe à nos enfants de façon pédagogique et ludique, nous avons créé une association Toile des savoirs car, effectivement, c’est un vrai travail de tissage pour créer une toile commune d’apprentissage ouverte à tous. Nous avons depuis 2016 une maternelle et des classes de CP jusqu’à une classe d’ado pour accompagner les parents dans ce rôle de transmission de la langue de nos origines et valeurs culturelles.

Nous organisons ainsi des événements culturels et je t’invite, s’il n’y a rien pour tes enfants ou pour les mamans dans ta ville, à t’unir avec d’autres mamans sur des projets qui font sens, si tu veux que ta ville bouge. Beaucoup d’amies de Paris, d’Allemagne ou d’ailleurs, me disent “tu as de la chance, on a pas tout ça dans ma ville”. Pourtant, c’est possible, il n’y avait pas tout ça non plus quand nous sommes arrivés ici. J’ai eu la chance de rencontrer, une sœur de cœur, une maman qui s’est installée en même temps que moi en Alsace. Dotée d’expériences en matière de bénévolat et d’apprentissage, elle a donné l’impulsion de faire des choses pour nos enfants ensemble car elle a bien compris l’importance du groupe. Alors essaie, l’union fait la force !

Mon blog

Ce blog a été créé sous WordPress. J’ai suivi la formation WMA de Saïd Amzil, où l’équipe technique est vraiment top, toujours à l’écoute et me soutient pour atteindre mes objectifs.

Après soit il faut aimer apprendre la technique soit déléguer. Pour ma part, j’ai fait appel au service d’Optimblog.com. J’ai pu avancer plus vite, et surtout avoir des conseils et de l’aide personnalisée avec beaucoup de professionnalisme. Je le recommande !

Depuis la fin de mes études, j’avais envie de créer un blog mais je n’avais pas l’assurance pour m’aventurer seule. Dans mon entourage, il n’y avait personne qui s’y connaissait alors j’ai saisi l’opportunité de passer par de l’aide en ligne assez tard, mais bon vaut mieux tard que jamais 😉

J’aimerais que mon blog soit aussi le tien, qu’il devienne un blog coopératif en créant des partenariats avec des blogueuses qui souhaitent écrire ou partager sur les sujets de mamans pour explorer la mummy’net qui est en chaque maman.

Mon métier

Mis à part le fait que j’aime blogger et coacher des mamans, j’ai aussi une profession depuis peu. Avant j’étais maman au foyer et bénévole mais on dit que ce n’est pas un travail, ah que ça m’énerve ! Bon, restons calme, je disais donc que dans la vie, j’ai aussi un métier, un vrai, qui compte comme un travail ! J’enseigne une méthode que je trouve efficace pour apprendre à lire l’arabe en quelques mois. Je me suis formée auprès d’un enseignant de la méthode. A la base, c’était juste pour l’enseigner à ma fille qui avait 6 ans car je savais déjà lire et j’avais déjà pris des cours particuliers pour apprendre le tajwid (autrement dit des règles de lecture avec une bonne prononciation des lettres). J’en ai fait mon métier en intégrant un Institut qui m’a confié 5 classes d’enfants de 6 ans. Je ne voulais pas en prendre plus afin de continuer mon travail associatif et garder un certain équilibre entre ma vie de famille, mes projets et mes loisirs. J’aime enseigner, partager le savoir, si minime soit-il. Dieu merci, je suis très heureuse de pouvoir réaliser cette petite mission qui a une grande place dans mon cœur !