Fouzia, un modèle d’altruisme et les avantages de l’être aussi?

Développement personnel

Déc 20

Qu’il est plus doux de donner que de recevoir.

Épicure

Est ce que tu as le sentiment de courir après le temps et te sentir dépassée? T’arrive-t-il de vouloir baisser les bras, de te sentir vide et te dire “j’en ai marre !” Parfois le blues, le manque d’énergie, nous renferme sur nous-même à ne plus sentir la force pour aider l’autre puisqu’on voudrait soi-même de l’aide. C’est l’histoire du serpent qui se mort la queue !

Certaines personnes ne ressentent pas ce mal être ou très peu. C’est en fait un état d’esprit. Pourtant si tu n’es pas altruiste, j’entends par là de façon active car on l’est tous dans l’âme, ce n’est pas une fatalité ! Il existe “une “immunité universelle” ( si je peux me permettre cette expression piquante) à la mélancolie : c’est d’être au service des autres. “What?!” me diras-tu ? Oui tu vas voir que c’est juste énorme ! En effet, quand tu es trop occupée à réaliser des actions de façon désintéressée pour le bénéfice d’autrui, tu as de l’énergie à revendre, tu es boostée à bloc ! Tu verras ici les multiples bienfaits immédiatsque récoltent les personnes altruistes dans leur vie.

Reçois GRATUITEMENT ton bonus :

"Trouve la force inébranlable pour avancer dans la vie"

  • Reçois des conseils et ASTUCES pour être plus heureuse et plus sereine
  • Des techniques REMARQUABLES qui ont fait leur preuves
  • Des piqûres de rappels pour embellir tes journées de MOTIVATION

Sache que le hérisson déteste les spams (ton adresse ne sera jamais cédée ni revendue) Tu recevras également de temps à autres des mails avec pleins d'autres piquants! (voir notre politique de confidentialité)

Imagine ! Quel que soit ta situation, ton état, quel que soit tes soucis, quand tu aides les autres, tu t’aides toi-même à être épanouie et radieuse !

Mais avant je tenais à te parler de Fouzia qui est, pour moi, un modèle d’altruisme. Tu as sûrement une personne comme elle dans ta ville, une personne que tout le monde connait et qui connait tout le monde, prête à aider son prochain 😉

Fouzia, wonder mummy !

Fouiza, c’est une maman souriante qui aime le contact avec les gens. Elle aime aider, toujours disponible pour proposer de rompre l’isolement et d’alléger la souffrance morale du malade en étant à l’écoute et en apportant de la joie avec son humour et sa bienveillance. Comme dit un proverbe français “Qui rit beaucoup, guérira plus vite” 🙂

Elle me fait penser à Grand Corps Malade, le slamer Fabien de son prénom car il utilise l’humour comme une forme de thérapie psychologique. Dans son livre Patients, comme dans son film, il raconte sa période de rééducation dans un centre de rééducation, suite à un accident qui l’a rendu tétraplégique incomplet.On y trouve plein de réflexions édifiantes et drôles sur le handicap. Par exemple, José, un patient paraplégique raconte une blague sur un car transportant des passagers handicapés qui chantent à l’unisson. Le véhicule est conduit par un chauffeur, qui lui est valide, en tout cas avant la blague :« Le car tombe dans le ravin et fait plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser sur le toit. Tous les patients chantent alors au chauffeur une autre chanson : Il est des nôôôtres ! »

Il y a aussi des passages sur la triste réalité du quotidien ennuyant et difficile. Par exemple, Fabien en arrive à compter les petits carrés de la grille du néon et il fait une réflexion ironique :« En réanimation, le plafond était jaune pâle… Enfin, je pense qu’à la base il était blanc, mais il a dû se fatiguer à force de regarder des mecs en galère, des tuyaux dans la bouche. »

“Quand on est tétraplégique (…)
l’humour est une question de survie”

Un jour, alors que Fouzia et moi avions des enfants en bas âge (ma petite dernière avait quelques mois, et Fouzia venait d’avoir son deuxième enfant, encore dans le cosi) elle me disait qu’elle allait régulièrement à l’hôpital voir une maman, Dounia, âgée de la petite quarantaine atteinte d’un cancer.

Elle trouvait le temps d’aller la voir, de la sortir en fauteuil roulant dans la cour de l’hôpital car personne ne le faisait. Elle m’expliquait comment Dounia était ravie de la voir, heureuse de pouvoir enfin sortir de sa chambre, de sentir l’air extérieur, de voir le ciel et les nuages plutôt que les néons aveuglants. Plus que tout, elle appréciait avoir de la compagnie, une oreille attentive à ses douleurs, à ses peurs et ses doutes.

Fouzia savait que cette dame était en “phase terminale” mais elle la rassurait avec ses mots, ses petites attentions et son sourire.

Dounia aime la vie, elle s’accroche même si elle souffre. Elle a deux filles, une de seize ans et une fille de onze ans. C’est pour ses filles qu’elle veut vivre car elle s’en est toujours occupée et elles ont besoin d’elle. Tu n’imagines pas l’angoisse que ça représente pour elle de partir et les laisser.

Fouiza

Ça m’a touché, et je lui ai dit qu’un jour je l’accompagnerai. Elle allait souvent à l’hôpital pendant mon créneau de développement personnel que j’animais une fois par semaine, le dimanche matin, mais je me disais que je trouverai un autre moment pour y aller. Me voilà replongée dans ma routine, à courir à droite et à gauche pour assurer l’urgence et je suis passée à côté de l’important.

Fouzia m’appelle et me dit que Dounia n’est plus de ce monde.

La vie s’éteint un jour comme une rose se fane.

Dounia veut dire la vie. Et de ma vie, je ne l’aurai jamais rencontrée ni soutenue.

Fouzia  va voir encore d’autres malades, ou des personnes qui ont perdu un proche pour les soutenir, les aider ou simplement les écouter.

Comme on dit “l’ouïe est un sens, l’écoute est un don”.

Et écouter des personnes en souffrance ce n’est pas donné à tout le monde. C’est tellement facile d’ignorer, de faire comme si la maladie et la peine n’existait pas. Pourtant nous devons apprendre à écouter et être disponible pour aider.

Je sais que je fuis ce genre de situation, c’est assez inconfortable, je ressens de la gêne d’être en forme et impuissante alors que la personne en face souffre. La maladie et la mort sont souvent tabous en France, du coup on n’est pas préparé. C’est à nous d’ouvrir les yeux car cela fait partie de la vie.

Visiter une personne malade est une bouffée d’oxygène pour le patient
et un bienfait pour nous aussi.

Il y a au moins 3 ans déjà, j’ai rencontré Monique, 56 ans, une alsacienne coquette et jolie. Atteinte de la maladie de Parkinson, elle a une apparence de mamie grabataire si on ne regarde pas son visage car la maladie lui a courbé le dos et plusieurs membres comme les mains. Quand elle me voit, à chaque fois, elle ne peut s’empêcher de pleurer, tellement elle est touchée, mais je suis mal à l’aise d’être là, en bonne santé sans pouvoir soulager ses douleurs.

Après, le fait de passer un peu de temps avec elle et simplement d’être à l’écoute lui fait du bien et je ressens de la satisfaction. Même si, j’avoue, j’y vais pour lui faire plaisir, je me sens plus épanouie après lui rendre visite. C’est loin d’être un rituel hebdomadaire mais j’essaie de visiter des personnes malades de temps en temps. Chaque expérience humaine, chaque connexion est intense et positive. Mais je n’arriverai jamais à la cheville de Fouzia en la matière 😉

Voyons les bénéfices que nous apportent concrètement l’altruisme. Je me suis inspirée du dossier “L’altruisme pour mieux guérir” [1]

Il est conseillé dans la religion musulmane de dire à la personne malade:
“Je demande à Dieu l’Immense, le Seigneur de l’immense trône, de te guérir”
(As-alou Llah Al Adhim Rabbal ‘Archil Adhim An Yachfik)
d’après Abou Daoud

Des études scientifiques ont démontré qu’aider les autres nous procurer des avantages intéressants. Ce sont des cartes clefs pour avoir une vie équilibrée et épanouie:

1- Moins de stress

Des chercheurs suisses ont constaté un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Waw ! c’est impressionnant de voir qu’en réalité nous ressentons moins de stress et moins de burn-out lorsque nous pratiquons, à côté de notre travail, une activité bénévole. A priori, on pourrait penser le contraire, que s’enfermer dans une bulle confortable nous protège. Et bien non ! C’est en aidant qu’on s’aide !

Si tu es parfois stressée, je t’invite à lire l’article sélectionné pour un livre électronique d’Olivier Roland qui te donne trois habitudes indispensables pour être zen au quotidien.

Le hérisson te donnera des piqûres pour ne pas perdre tes piquants 😉

2- Plus efficace

Parfois, on a l’impression de courir après le temps mais en fait c’est une croyance ! Le bénévolat aurait un impact sur notre perception du temps, et plus particulièrement sur la sensation de «ne pas avoir le temps»! D’après une étude américaine, donner du temps aux autres nous donne l’impression d’avoir davantage de temps disponible, ce qui serait lié à un sentiment d’efficacité personnelle. N’est ce pas génial ?!

Et si on arrêtait de courir après le temps?

Avec des amies, nous avons créé une association culturelle, Toile des savoirs. Nous organisons des événements en fonction des besoins des parents, des enfants et de nos envies. Quand l’année est écoulée, on fait le bilan, et nous sommes heureuses d’avoir accompli tout plein de choses. Cela nous donne la motivation de continuer à donner de notre temps et de notre énergie pour des causes nobles et utiles. Il m’est déjà arrivé qu’on me dise “je sais pas comment tu fais? J’ai même pas le temps pour moi alors j’imagine même pas si je devais m’investir ailleurs !” mais c’est un état d’esprit car en donnant, on est plus efficace ! Après, je ne dis pas qu’il faut créer sa propre association. Il existe, sans doute, une association existante qui te permet de donner de ton temps en alliant don de soi et plaisir. L’idée c’est, comme dans toute bonne relation, de trouver un équilibre gagnant/gagnant. Même si l’on attend rien en retour, justement donner nous offre du bonheur en retour 🙂

3- Meilleure santé

Le sociologue John Wilson s’est intéressé, lui, au bénévolat chez les seniors. II observe que ce type d’activité contribue à une meilleure santé tant sur le plan mental que sur le plan physique. Les seniors ont un savoir faire et une expérience de vie qui sont de véritables trésors. J’aime beaucoup l’idée de faire des activités intergénérationnelles. Par exemple, l’association “Lire et faire lire” permet aux seniors bénévoles de raconter des histoires aux enfants. Ils ont du temps et ils partagent un temps de qualité qui casse la solitude et l’ennuie où ils se sentent inclus dans la société et surtout utiles. De même, les enfants bénéficient d’un moment privilégié où ils développent leur imagination, leur vocabulaire et leur goût de la lecture.

On s’en souviendra peut être quand on sera des mamies 🙂

4- Mieux intégré et actif

D’après Gil Clary et Mark Snyder, le bénévolat permet aussi de trouver une place dans un groupe. En nous donnant la possibilité d’agir sur notre environnement, l’activité bénévole renforce également notre sentiment d’autodétermination et de liberté.

J’ose faire ce que j’aime depuis que je suis bénévole 😉

Pour ma part, depuis que je suis bénévole je sens que je suis à ma place. Arrivée en Alsace, au début, c’était très dur pour moi, mon cœur était dans le sud chez mes parents. Je passais mon temps au téléphone pour faire passer le temps car il me tardait de repartir vers la ville rose.

Toulouse est la ville de ma vie d’étudiante

Aujourd’hui, c’est le contraire, bien que j’aime visiter ma ville natale et ses environs, je suis bien en Alsace, auprès de mes amies avec qui je partage les mêmes passions. Nous nous retrouvons pour penser de nouveaux projets, de nouvelles aventures qui donnent encore plus de sens à nos vies et du piquant aussi 😉

5- Meilleure estime de soi

Le geste altruiste accroît l’estime de soi. Je suis sûre que tu as déjà ressenti un bien être après avoir aidé quelqu’un ou participé à une noble cause. A ce propos, des études vont dans ce sens. Par exemple, la sociologue Jane Allyn Piliavm a observé que les personnes qui donnent leur sang éprouvent un sentiment d’autosatisfaction. De même, le psychologue social Roger Brown constate une intense satisfaction chez des personnes qui ont fait don d’un organe. Quand je vois des personnes qui donnent de leur vivant un rein pour aider leur frère ou leur fils, je suis admirative et je pense que dans certaines situations, on ne se pose pas de questions. Force aux donateurs et guérison à ces personnes.

Si tu veux donner ton sang, contacte l’Etablissement Français du Sang.

Voilà, j’espère que cet article te motivera à être plus altruiste que tu ne l’étais. Faire du bien aux autres, c’est aussi se faire du bien 🙂

Donnons de l’amour et de l’affection. Je terminerai avec ce proverbe arabe qui résume une belle leçon de vie:
“Qui aime intensément n’a plus besoin de médicaments.”

Et toi, arrives-tu à visiter des personnes qui souffrent en dehors de ta famille et de tes amis?

N’hésite pas à partager tes expériences.

[1] http://www.psychologie-positive.net/IMG/pdf/Cercle_Psy_Hors_serie_L_altruisme_permet_de_creer_du_sens.pdf



Leave a Comment:

Leave a Comment: